De passé à passer...

Publié le par la-petite-fleur

Ça s’est passé

 

Les  bourgmestres d’Eric

 

 P1000246.JPG

 

Les conférences d’Eric Demarbaix sur les bourgmestres de Bruxelles font un tabac. Cinq conférences  dont 3 sur les bourgmestres et deux sur l’évolution de la ville.  En réalité, il y en a eu deux de plus.  Non annoncées parce que jouant à bureau fermé sur invitations.  121 participants pour les trois conférences passées.  Il faut dire que c’était chaque fois passionnant et que vu ce succès, nous ne pouvons que vous rappeler de ne pas manquer les prochaines. (voir page 2).  Eric Demarbaix est le président du Cercle d’Histoire de Bruxelles.

 

Pierre Braecke

 

Les deux ouvrages sur le sculpteur fécond et pourtant si peu connu ont été présentés à une semaine d’intervalle au Musée Horta et à La Fleur en Papier Doré. Plus académique au Musée avec une intéressante intervention de la conservatrice, Françoise Aubry. Catheline Metdepenninghen et  Marcel Célis, auteurs de la copieuse recherche sur Braecke (360 pages A4) ont présenté leur ouvrage les deux fois avec de nombreuses photos. Là où la soirée est devenue feutrée, c’est à la Fleur en Papier Doré. Silence profond pour écouter l’auteur du roman, André Possot, parler de l’homme amoureux, artiste, secret.  Le comédien Erwin Grünspan lisait magnifiquement des extraits de « Braecke, sculpteur intime ».  Ceux qui étaient là n’oublieront pas.

 

Ça va se passer

 petite maison

Faites-vous membre, ce serait bien sympa.  Membres effectifs 10 € et membres sympathisants 5 € - au compte BE63 0688 9422 1708 de La Petite Fleur asbl  à Bruxelles

 

A partir du 3 mars, Jacquy Maridor enchantera les visiteurs de l’Estaminet.

 

 J_Mirador.jpg

 

Jacquy Maridor avoue sans aucune gêne qu’il n’est passé par aucune académie. Et pourtant, ses formes autant que ses couleurs sont fermes, enthousiastes. La toile nous montre ses coups de cœur, les versions mystérieuses de ce qu’il voit.

 

Des bateaux fantastiques, des bâtiments hypothétiques, des nus … sympathiques. Le tout généralement sur fond clair, ce qui lui a donné le surnom de peintre du blanc.

 

Scaphandrier de profession, il descend bien au cœur des choses et des gens. 

 

Comme dans cette cathédrale qu’il appelle « la maison des âmes ». 

 

Mais même si l’atmosphère est au mystère et si les rouges attirent l’œil, il n’y a aucune violence dans les tableaux. Jacquy Maridor ne la supporte pas. Il émane de lui sympathie et bonté. Et pourtant, il a peint un capitaine Haddock aux yeux de braise. « C’est que Quick et Flupke  tournent autour de sa bouteille de whisky », explique-t-il.

 

Jacquy Maridor est aussi sculpteur. Le fil rouge de ses œuvres est sans doute la beauté un peu mystérieuse, mais douce et proche.

 

Monique Discalcius

 

Vernissage le samedi 3 mars à 11 heures du matin – nous vous attendons nombreux

 

 Après le vernissage de l’exposition, le 3 mars, vous aurez le temps de vous régaler de l’un des excellents plats que La Fleur en Papier Doré a ajoutés à sa carte ces derniers temps.  Café ou très bon thé (du Palais des Thés) bu, Louis Berkowicz vous attend pour la toute nouvelle conférence « Sur les traces des juifs à Bruxelles » qu’il a créée à la demande de l’asbl La Petite Fleur.  C’est un sujet qu’il connaît bien parce qu’il aborde là le thème d’une de ses visites guidées dans la capitale.  Histoire de Bruxelles et histoire des juifs se mêlent et se démêlent au fil des siècles et Louis qui les connaît très bien les tresse avec maîtrise.  Ce n’est pas un sujet courant, intéressant donc pour tous. Illustrations photographiques de Mathilda Van der Borght.

 

 

 synagoge pl. de Dinant

Synagogue place de Dinant

 

 

à La Fleur en Papier Doré le samedi 3 mars à 15 heures – PAF  5 €

 

Conférence : Nicolas Rouppe. Premier et atypique

 

Après le tour d’horizon de nos bourgmestres de Bruxelles, le mois dernier, Eric Demarbaix s’attaque maintenant à un personnage qui « vaut le détour ».  

 

 

 Nicolas Rouppe

 

Nicolas Rouppe le plus atypique parmi les 17 bourgmestres qui se sont succédés depuis 1830. Les Hollandais à peine hors de nos frontière, voilà que Bruxelles se retrouve avec un bourgmestre né en Hollande et ayant occupé les mêmes fonctions sous le régime républicain français.

1830-1838 - un mandat bien rempli : la recherche d’un Roi pour le jeune Royaume de Belgique, un mariage royal en 1832, les émeutes orangistes de 1834, la création de l’Université Libre de Bruxelles la même année, l’inauguration du premier chemin de fer sur le continent européen, l’élaboration de la loi communale de mars 1836, une réélection tumultueuse en mai 1838.  (E.D.)

 

Le jeudi 6 mars à 19 h 30 à La Fleur en Papier Doré.  PAF  8 €

 

 

Deux artistes et un rêve


Il y aura le claveciniste Etienne Leuridan. Issu d’une grande famille de musiciens belges, il a été professeur à l’Académie durant 37 et créé une nouvelle académie à Jodoigne.  Il est en plus « Auteur de projets » pour la restauration, le classement, la reconstruction d’orgues.  Il charmera votre ouïe avec des airs de Rameau, de Couperin et autres de leurs contemporains.


François Mairet, comédien, diseur, professeur d’académie répondra à ces airs délicieux par des extraits pas piqués des vers, d’un Dictionnaire botanique et pharmaceutique et d’un Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques du 18e siècle.

 

 Pierre-Donzelague--Lyon-1716-----Michel-Van-Hecke-1978.JPG

Le rêve, c’est le somptueux clavecin amené tout exprès. L’instrument est décoré par Thierry Bosquet qui est l’un de nos plus merveilleux scénaristes,  créateur de décors de théâtre, de costumes, amoureux de Versailles.  On ne sait pas encore s’il sera présent. Nous aimerions, sinon le clavecin nous parlera de lui.

 

Monique Vrins

 

Samedi 31 mars-18 heures à La Fleur en Papier Doré. 

Soirée-repas 25 € - spectacle seul 12 €

 

 

Commenter cet article